La Stacada de Breil

Cadre géographique et historique

A Breil s/Roya, tous les 4 ans, fifres et Tambours jouent à l’occasion de la Stacada. Leur musique résonne dans les rues pittoresques d’un vieux bourg, construit à l’italienne -l’Italie est à deux pas-, qui s’étire au flanc de la montagne, le long d’un magnifique torrent, la Roya. Dans ce haut-pays de la Côte d’Azur, Breil est une bourgade de 2189 habitants, située à quelques Km de la Vallée des Merveilles, à la Porte du Parc National du Mercantour, sur la route de Vintimille à Tende, axe de communication privilégié et, de ce fait, enjeu de rivalités entre les états frontaliers, appartenant d’abord à la Provence, ensuite à Gênes et à la Savoie, puis à la France et à l’Italie. Breil deviendra chef-lieu de canton du Département des Alpes Maritimes en 1860.

« A Stacada d’Breil » est la reconstitution folklorique d’une révolte des Breillois contre les abus de pouvoir – en l’occurrence le droit de cuissage – d’un tyran local, le Bailli ou « Ballé ».

Selon Marcelle Mourgues (L’ »Estacada » de Breil, Cannes 1964), ce thème est très ancien ; certains aspects de ce rituel peuvent être retrouvés, à travers diverses métamorphoses, en Catalogne et en Italie du Nord (Ivréa).

Quant au mot breillois « Stacada », il pourrait signifier « coupables emmenés enchaînés » ou « morceaux de bois » prévus pour barricader ou encore « combat ». On peut distinguer deux parties dans la fête. Le matin, c’est la naissance de la révolte, l’arrivée du Seigneur, la poursuite du Ballé et des notables qui le soutiennent, combats, jugements, destruction des barricades dressées par les partisans du Ballé. L’après-midi, ce sont les danses de la réconciliation ; les femmes des notables doivent danser avec les révoltés.

Une centaine d’acteurs participent à cette fête vécue par toute la population : le Seigneur, Comte de Breil et son escorte de 6 mercenaires turcs à cheval ; le Héraut à cheval ; la jeune Mariée ; le Couré, troubadour -baladin et son page ; le tambour-major et la cantinière en costumes Empire ; le Spaleur (de spada = épée), chef de la Révolte ; le Ballé et les Notables ; les juges en perruque ; la Milice locale de dragons à cheval ; le porte-drapeau ; Arlequin, armé d’un fouet ; Battistra, un bouffon ; le groupe des bûcherons-charpentiers montés sur des ânes ; les cuisiniers ; les bourgeois avec hallebarde ; les Badesses (femmes des Notables et du Ballé).

Tradition du fifre

Les airs de la Stacada sont traditionnellement joués au fifre/tambour, en général par une dizaine de musiciens. L’interruption dans la continuité musicale qui résulte de la périodicité de cette fête, revenant seulement tous les 4 ans, peut poser des problèmes quant au nombre des musiciens suceptibles d’être disponibles. Dans la chaîne de transmission de ces airs aux musiciens, on peut citer Francis GAG, Patrick VAILLANT (enregistrement en 1982) ; Ely ROUBAUDI de Lantosque qui, en 1982 et 1986, a assuré la liaison entre les musiciens de Breil et ceux venus d’ailleurs, Alain PORRO de Menton qui, en 1990, a entrainé les fifres, parmi lesquels un certain nombre d’enfants du pays, garçons et filles ; enfin quelques « anciens » de Breil qui sont venus apporter leur concours. Quelques musiciens breillois ont participé au maintien de la tradition : au fifre, Antoine GROSSO et Jean COTTALORDA ; au tambour Charles SARTORE et Jo. GIORDANO.

Le fifre dans la fête

La célèbre Stacada se déroule au mois de Juillet (1986, 1990, 1994…) ; Reportée à la période estivale, en raison de l’affluence touristique, cette fête avait lieu auparavant en février, à l’époque du Carnaval. La musique fifre/tambour anime tout au long de la journée de 6 heures à 18 heures, les moments significatifs de cette représentation collective. Les musiciens sont habillés en costume breillois : chemise blanche à col large, gilet, culotte, bonnet de laine tombant rouge et noir, bas rouges ou rayés. Voici les titres des airs traditionnels tels qu’ils se succèdent à la Stacada :

1) Le matin, quand éclate la révolte
-   Air du Réveil, à partir de 6 heures joué au cours de plusieurs parcours, dans la même rue, pendant une heure.
-   Air du Tambour-Major, à 7h15
-   Air des Anchois, à 7h50, Cet air, ainsi que le précédent est joué dans cette même rue du village mais pendant un seul parcours.
-   Air du Spaleur, la première fois à 8 heures, en partant de sa maison, et puis en matinée. Une petite ritournelle appelée « Tanturouleta » accompagne les moulinets de son sabre.
-   Air du « Couré », la première fois à 9 heures, et puis en matinée.

2) L’après-midi, pour le Bal de la réconciliation
-   Air des Badesses (Abbesses)
-   Danse du Cercle
-   La Périgourdina
-   Valse du Couré et de la ler Abbesse
-   Polkas
-   Farandole des Conscrits de Breil
-   Marche de soir, qui marque la fin de la fête.

reveilbreil