Le fifre à Signes

CADRE GÉOGRAPHIQUE ET HISTORIQUE

A 35 km au nord de Toulon, Signes est un village de 2500 habitants ; il en avait 350 en 1965, mais 3000 en 1890.

Après les anciens villages de Châteauvieux à 4 km plus haut, à l’altitude de 800 m (vestiges celto-ligures) et Châteauneuf plus bas, au Moyen Age, est né, vers le 13ème siècle, le village actuel, au pied de la Montagne la Sainte Beaume, à 345 m d’altitude. Il a pris le nom de Signes, vraisemblablement en relation avec les signaux envoyés de la Tour du guet, pour les convois de charrettes.

TRADITION DU FIFRE

famillehermitteLe Fifre est une tradition dans la famille HERMITTE depuis 1830 : cinq générations de fifres et tambours.

L’ancêtre fut Hippolyte Hermitte, puis l’arbre généalogique se divise en deux branches : celle de Louiset Hermitte, l’un de ses fils, se situe à Signes, au versant sud de la Sainte Beaume ; l’autre, celle d’Honoré, un autre fils à Rougier, qui est au versant nord de cette même montagne.

Hippolyte Hermitte apprit à jouer du fifre, vers 1830, auprès de Martin Cros, qui vivait à Tourves et qui fut fifre dans la Marine Nationale. Il passa ensuite le flambeau, vers 1860, à ses fils Honoré, Baptistin (fifres) et Louiset (tambour), puis à son petit-fils Henri Hermitte (en 1890). Ce dernier le passa à son neveu Paul Hermitte (en 1930) qui l’a transmis à ses deux fils, Pierre (en 1950) et Raymond Hermitte (en 1963). Les enfants de ce dernier sont à leur tour devenus fifres et tambours, respectivement Michel (tambour, 1975), Jean Noël (fifre-tambour, 1978), Sébastien (fifre, 1983) et Xavier (fifre, 1982), Jean Christophe (tambour, 1983). A noter que dans cette descendance « musicale », certains ont choisi le tambour.

Aux représentants de la famille Hermitte se sont ajoutés les deux frères Marius (tambour) et Félix Blanc (fifre-tambour) pour former en 1952 le groupe des « Fifres et Tambours de Nosto-Damo de Signes » qui compte aujourd’hui plus de 30 membres – dont beaucoup de jeunes – et qui participe à plus de 20 fêtes chaque été.

INSTRUMENTS

A Signes, les fifres sont fabriqués depuis de nombreuses années par Jean Louis AUGIER de Sainte Maxime. Autrefois en ébène, ils sont depuis une dizaine d’années en amandier. Les circonstances ont même donné naissance à un instrument unique en son genre, un fifre à deux places. Un certain musicien, Alain CHAPTAL – au demeurant très bon fifre – tenait le fifre à gauche. Jean Louis Augier eut alors l’idée de fabriquer un fifre conçu pour deux joueurs, l’un droitier, l’autre gaucher. Pour réaliser cet instrument, il a eu la chance de découvrir à Saint-Tropez,au quartier des « Canoubiers », un beau roseau de 1 m20.

Ce fifre peu ordinaire a fait sa première sortie à Signes pour la Saint Eloi, le 22 juin 1975. A gauche marchait Alain CHAPTAL, à droite Jean Louis AUGIER, le créateur de cet instrument. Alain CHAPTAL est décédé en octobre 1990.

LE FIFRE DANS LA FÊTE

A Signes, fifres et tambours sont très présents aux fêtes de la St Jean et de la St Eloi qui s’enchaînent. On entend en particulier la Marche de St Eloi.

La St Jean, 24 juin

-  La veille, le 23

A partir de 17 h, aubades aux autorités (fifre / tambour)

21 h 30 Retraite aux flambeaux

Feux de la St Jean

-  Le jour de la fête, le 24

7 h Réveil (fifre / tambour)

9 h Aubades aux Prieurs et aux Prieuresses de St Jean / chapelle ancienne (fifre / tambours)

10 h Messe où les fifres jouent à l’entrée, à la consécration, à la sortie.

16 h Procession (fifre / tambour).

La St Eloi, 25 juin

-  La veille, le 24

19 h Bravade (fifre / tambour)

Pour commémorer la victoire des Signois sur les Impériaux en 1707, un corps de garde – sorte de police- existait au village.

On cherche d’abord l’Enseigne, entouré de 11 hommes célibataires ; le Capitaine accompagné de 11 hommes mariés, les prieurs de St Eloi. Vers l’église, bénédiction du feu de St Eloi.   Les Bravadiers déchargent leur fusil sur un feu de sarments pour en éteindre les premières flammes.

-  Le jour de la fête, le 25

7 h Réveil (fifre / tambour)

8 h 30 Aubade aux prieurs, prieuresses de St Eloi (fifre / tambour)

9 h Cavalcade (fifre / tambour)

Les bravadiers de la veille sont devenus cavaliers.

10 h Grand’Messe où les fifres jouent à l’entrée, à l’offertoire, à la consécration, à la sortie.

Procession de St Eloi (fifre / tambour) Offrande d’un citron au bout d’une épée par le Capitaine.

11 h Bénédiction des chevaux

11 h 30 Vente de la « Bride » de St Eloi, Place du Marché (« La Bride de Sant Aloi à x… francs) Les enchères s’arrêtent au 1er coup de la réplique de midi, entendu à la vieille horloge.

RÉPERTOIRE DU FIFRE

Le répertoire des fifres et tambours de Signes est très étendu : près de 120 airs il y a 20 ans. Il comprend des marches, des aubades, des rigaudons, quelques farandoles et des mazurkas.

L’air intitulé « Meinargetto » est l’un des plus anciens. Il vient de Hippolyte Hermitte quand celui-ci habitait la ferme de l’Hôpital à Meynarguettes. Ce village est maintenant rattaché à la commune de Mazaugues.

meinarguettoamandiers