THUIN (Belgique) Saint Roch échappe à la pluie du lundi

stroch20132Le changement que les marcheurs souhaitent sans doute le plus serait un changement des conditions météo… À quand une bonne marche ensoleillée?

Lundi, en introduction à la Grand-messe Militaire, Gaston Berteaux, vice-président de la commission organisatrice, rappelait que cette année était toute particulière du fait de la reconnaissance par l’Unesco et des aménagements de la marche thudinienne rendus nécessaires par l’évolution de la vie. Il a rappelé qu’autour de l’élément religieux fondateur, tous les nombreux intervenants ont leur place, chacun dans leur costume respectif. «Le don de soi, le respect mutuel, la recherche d’équilibre doivent garantir la continuation de la tradition.»

La procession portait ensuite les reliques et la statue par le quartier des bateliers, revenait par la rue t’Serstevens pour gagner la Maladrie en passant par la chapelle du Tienne Trappe. Elle redéposait ensuite saint Roch dans son église pour remonter place du Chapitre pour un dernier carré animé par les Grenadiers avec une parade surprise. Les autorités communales remettaient alors les médailles sous un ciel qui restait chargé mais sans véritable décharge.

En félicitant les marcheurs, Paul Furlan faisait allusion aux modifications de l’itinéraire. La réponse des participants a davantage ressemblé à des «Hou!» qu’à des «Hourra!» Un débriefing est prévu en comité saint Roch le 14 juin et avec les sociétés le 21 juin.

Les Grenadiers ont 125 ans

La société compte quelques médaillés de longue date : 75 ans de marche pour Edmond Sevrin, 60 pour Hubert Lerminieau et Guy Orbant, empêché, 35 pour Éric Auwaert, 25 pour Damien Gille.

En fait, Edmond en est à sa 76e marche, il bénéficie de la médaille de 75 ans avec effet rétroactif car c’est la première fois qu’une médaille de 75 ans est accordée.

Tambour dès l’âge de 6 ans, il sera tambour-major pendant 16 ans. Il est l’initiateur du réveil le lundi matin à l’aube. «La première année, dit-il à ce propos, les gens croyaient que nous étions les fêtards qui rentrions seulement du dimanche! »

Pour ce jubilé, Jonathan Cuisenaire et Kevin Hennuy ont composé une marche du 125e anniversaire qu’ils ont intitulée «l’Edmond», «une marche mélodieuse, très cadencée mettant en valeur le chant du fifre et le jeu du tambour avec des coups très spécifiques du tambour. Elle est assez solennelle et convient pour les mises à l’honneur. Dans les marches, elle est de la famille de la «Grande». On comprend l’émotion de l’ancien qui a parcouru la marche avec quelques compagnons fidèles sur le char de la société qui a été mise à l’honneur sur la première page du programme.

Une délégation a honoré la tombe des marcheurs défunts et particulièrement celle d’Herman Michot, fondateur, premier commandant et président. Rendez-vous le 15 juin pour les festivités d’anniversaire.

Un commentaire

  1. de Maupeou Théodore
    18/02/2015 at 14:17 · Répondre

    Bonjour,
    Je suis à la recherche d’uniformes de l’époque napoléonienne: auriez vous des stocks d’uniforme que vous pourriez vendre?
    Cordialement,
    Théodore de Maupeou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *