Zéphirin Castellon, figure du haut pays, n’est plus

Il jouait du fifre et de l’harmonica. Il sonnait les cloches aussi. Ce représentant de l’identité et les traditions dans la vallée de la Vésubie est décédé.

Image1

C’est avec émotion et une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Zéphirin Castellon. Avec lui, c’est un morceau de l’identité sonore du Haut-Pays des Alpes-Maritimes qui s’éteint.
Chansonnier hors pair, sonneur de cloches, joueur de fifre réputé, il était une figure incontournable de la musique traditionnelle. Une de ses chansons, « Vivem totjorn en Montanha » a été reprise, arrangée, écrite, enseignée et traduite à de multiples reprises. Elle fait aujourd’hui partie d’un patrimoine musical qui s’étend bien au-delà du pays niçois. C’est d’ailleurs en reconnaissance de sa création artistique et de sa contribution au rayonnement de l’identité sonore de la montagne niçoise qu’il avait reçu en 2009, la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres à Belvédère, commune qui l’avait vu naitre en 1926.
Zéphirin Castellon, c’est un destin simple et curieux. Une enfance dans la Vésubie, un âge d’homme dans l’enceinte d’une prison comme fonctionnaire de l’administration pénitentiaire à la maison d’arrêt des Baumettes à Marseille. C’est dans la cité phocéenne qu’il a découvert l’écriture. Un retour à la montagne, pour la retraite, en compagnie de Jeannette, l’autre amour de sa vie. A son retour « au pays », il sera de toutes les fêtes patronales. Tout le monde le veut, l’appelle, partout il sonne et quand ce n’est pas au clocher, c’est sur un carillon ambulant, partout il chante, joue du fifre ou de l’harmonica.

 

Tout au long de sa vie, il a été un véritable passeur intergénérationnel de la mémoire musicale montagnarde en la faisant résonner, bien au-delà de notre territoire, en remettant au goût du jour des chants ancestraux et populaires, et en composant des textes devenus des références.
Zéphirin Castellon restera comme l’une des figures marquantes de la Vésubie. Sa joie de vivre, sa passion vibrante et sa voix vont manquer à la Vallée de la Vésubie, au Haut-Pays niçois et à tous ses proches auxquels nous présentons nos sincères condoléances. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *